Le métier de courtier immobilier

Accueil / Futurs étudiants / Le marché du travail / Le métier de courtier immobilier

Le métier de courtier immobilier

Le métier de courtier immobilier
Discussion with a real estate agentAu Québec, la pratique du métier de courtier immobilier est régie par la loi sur le courtage immobilier. C’est l’organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) qui a pour mission d’administrer et de veiller à l’application, à l’encadrement et au respect de la loi et de ses règlements.

 

Nature du travail
Les courtiers immobiliers résidentiels agissent à titre d’intermédiaires dans la vente, la location ou l’achat de maisons unifamiliales, de condominium, d’immeubles de moins de 5 logements, de terrains et d’autres biens réels.
Dans le cadre de leurs fonctions, ils sont appelés à exécuter les tâches suivantes :

  • contracter des mandats de vente auprès des personnes qui désirent vendre leur propriété;
  • évaluer la valeur marchande d’une propriété;
  • annoncer la vente des propriétés à travers différentes sources de publicité;
  • organiser des visites libres pour des acheteurs potentiels;
  • conseiller les clients acheteurs et établir une liste sur les types de propriété qui répondent le mieux à leurs goûts et à leurs besoins;
  • aider les clients acheteurs à choisir, à visiter, à inspecter les immeubles et à faire des offres d’achat;
  • renseigner les clients sur les conditions du marché, les prix, les hypothèques, les exigences d’ordre juridique et les questions connexes;
  • fournir à ses clients toutes les informations nécessaires pour mieux comprendre les étapes et les modalités de la transaction;
  • préparer les actes de vente et d’achat et les soumettre à l’approbation des acheteurs et des vendeurs.

Conditions d’entrée à la profession au Québec
Une personne doit être titulaire d’un permis délivré par l’OACIQ pour agir en tant que courtier immobilier*.  Pour faire la demande de permis, il faut respecter  les conditions et les étapes suivantes :

  • Réussir une formation dans un établissement accrédité par l’OACIQ,
  • Réussir l’examen de certification administré par l’OACIQ,
  • Démontrer une connaissance suffisante du français,
  • Compléter un formulaire de consentement à la vérification des antécédents judiciaires. L’OACIQ peut refuser de délivrer un permis  à toute personne déclarée coupable par un tribunal d’une infraction ou d’un acte criminel qui, selon l’Organisme, est en relation avec l’exercice des activités de courtier.

Un courtier débutant doit exercer ses activités pour le compte d’une agence pendant un minimum de trois années. Une fois cette période écoulée, il aura la possibilité d’entreprendre les démarches pour agir à titre d’indépendant.

Examen de certification
L’évaluation certificative d’une durée totale de 7 heures se déroule  sur deux jours et a pour but de déterminer si le candidat est en mesure de mener à bien une transaction immobilière et à agir selon les normes professionnelles en matière de courtage immobilier.
Going through the company's budgetL’évaluation est donnée sous forme de mises en situation fictives, mais représentatives de la réalité. L’évaluation peut être automatiquement échouée si le correcteur juge qu’une des réponses inscrites met en péril la transaction (mauvais formulaire, référence à une mauvaise loi, etc).
Les examens de certification sont généralement réalisés dans les locaux de l’OACIQ.

Rémunération
Les courtiers immobiliers ont généralement le statut de travailleur autonome et sont payés sous forme de rétribution. Cela signifie que leur rémunération est fonction du volume et de la valeur des transactions réalisées.
En 2013, le revenu moyen des courtiers immobilier au Québec était de 49 599$.

Perspectives professionnelles
Le taux d’emploi dans l’industrie de l’immobilier est supérieur au taux moyen obtenu pour l’ensemble des professions.  Les perspectives professionnelles pour cette catégorie d’emploi sont qualifiées de favorables par Emploi Québec.
Dans les années à venir, les débouchés proviendront principalement des postes qui seront libérés par les nombreux courtiers immobiliers qui quitteront l’industrie pour prendre leur retraite. Près de 35% des personnes actives dans l’industrie sont âgées de 55 ans et plus, comparativement à 15% pour l’ensemble des professions.

Profil du courtier immobilier
La majorité des courtiers immobiliers ont le statut de travailleur autonome. Ce statut leur confère plusieurs avantages puisqu’ils sont leur propre patron.  Ils sont maîtres de leur horaire, ils fixent leurs propres objectifs, bénéficient de déductions fiscales pour les dépenses reliées à leur fonction de travail et ils ont la possibilité de gagner des revenus illimités.  La rémunération du courtier est fonction de sa productivité et de l’effort fourni.
En revanche, le courtier n’a aucune garanti quant à son revenu. Devenir courtier immobilier c’est un peu comme se lancer en affaires. Le nouveau courtier devra assumer plusieurs dépenses avant même de gagner un premier dollar.

L’industrie en chiffre
Au Québec, 11 858 personnes sont titulaires d’un permis de courtiers immobiliers résidentiels.
70% des courtiers immobiliers sont affiliés à une des 5 grandes franchises.
60% des courtiers immobiliers sont de sexe masculin.
L’âge moyen des courtiers est de 35 ans.
Le revenu moyen était de 49 599$ en 2013.
En 2013, 16 923 personnes oeuvraient dans cette profession.