Le métier de courtier hypothécaire

Accueil / Futurs étudiants / Le marché du travail / Le métier de courtier hypothécaire

Le métier de courtier hypothécaire

Courtier hypothécaire
Au Québec, la pratique du courtage hypothécaire est une activité règlementée et régie par la loi sur le courtage immobilier. C’est l’organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) qui a pour mission d’administrer et de veiller à l’application, à l’encadrement et au respect de la loi et de ses règlements.

No added interest hereNature du travail
Le courtier hypothécaire agit comme intermédiaire entre un individu ou un ménage voulant souscrire un prêt hypothécaire et une institution financière et autres établissements de crédit.

 

 

 

Description des tâches :

  • rencontrer les clients pour identifier et analyser leur besoin en matière de prêt hypothécaire;
  • obtenir les informations pertinentes relativement au dossier de crédit (actif, passif, revenu, stabilité d’emploi, etc.) pour établir le profil financier du client;
  • fournir des renseignements sur les taux et options hypothécaires disponibles sur le marché;
  • évaluer le montant maximal du prêt hypothécaire que le client pourra  obtenir;
  • identifier et présenter les produits hypothécaires qui répondent le mieux au profil et besoins du client;
  • conseiller et guider le client dans son processus décisionnel;
  • calculer les versements hypothécaires et la mise de fonds minimale;
  • négocier des prêts hypothécaires auprès de plusieurs institutions financières;
  • préparer et rédiger les documents liés à la transaction selon les exigences de l’institution financière choisie.

Conditions d’entrée à la profession
Une personne doit être titulaire d’un permis délivré par l’OACIQ pour agir en tant que courtier hypothécaire au Québec. Pour faire la demande de permis, il faut respecter  les conditions et les étapes suivantes :

  • Réussir une formation dans un établissement accrédité par l’OACIQ et,
  • Réussir l’examen de certification administré par l’OACIQ et,
  • Démontrer une connaissance suffisante du français et,
  • Compléter un formulaire de consentement à la vérification des antécédents judiciaires.  L’OACIQ peut refuser de délivrer un permis  à toute personne déclarée coupable par un tribunal d’une infraction ou d’un acte criminel qui, de l’avis de l’Organisme, a un lien avec l’exercice des activités de courtier.

Examen de certification
L’évaluation certificative d’une durée totale de 3 heures a pour but de déterminer si le candidat est en mesure de mener à bien une transaction hypothécaire et à agir selon les normes professionnelles en matière de courtage hypothécaire.

iStock_000014064040_Full
L’évaluation est donnée sous forme de mises en situation fictives, mais représentatives de la réalité. L’évaluation peut être automatiquement échouée si le correcteur juge qu’une des réponses inscrites met en péril la transaction (mauvais formulaire, référence à une mauvaise loi, etc).

Rémunération

Les courtiers hypothécaires affiliés à des agences hypothécaires ont généralement le statut de travailleur autonome et sont payés sous forme de rétribution. Cela signifie que leur rémunération est fonction du volume et de la valeur des transactions réalisées.

Au terme de leur formation, le diplômé pourra aussi travailler pour des institutions financières. Dans ce cas, la rémunération est versée sous forme de salaire et la personne n’est pas tenue de détenir le permis de courtier hypothécaire.

Selon les statistiques d’emploi Québec, le revenu moyen des agents financiers (dont les courtiers et des conseillers hypothécaires) au Québec est de 62 000$ en 2013.

Perspectives professionnelles
Le taux d’emploi est supérieur au taux moyen obtenu pour l’ensemble des professions.  Les perspectives professionnelles pour cette catégorie d’emploi sont qualifiées de favorables par Emploi Québec.

Profil du courtier hypothécaire
La majorité des courtiers hypothécaires ont le statut de travailleur autonome. Devenir courtier hypothécaire c’est un peu comme se lancer en affaires. Le nouveau courtier devra assumer des dépenses reliées à son travail sans aucune garanti de rémunération.
En revanche, ce type de travail confère plusieurs avantages puisque le courtier devient son propre patron.  Il est maître de son horaire, fixe ses propres objectifs, bénéficie de certaines déductions fiscales pour les dépenses reliées à son travail et il a la possibilité de gagner des revenus illimités.  La rémunération du courtier est directement proportionnelle à sa productivité et à l’effort fourni.
L’étudiant désireux de travailler dans le domaine hypothécaire mais qui ne souhaite pas agir sous le statut de travailleur autonome aura aussi la possibilité de postuler pour des postes de conseiller hypothécaire au sein d’une institution bancaire.  La rémunération sera alors versée sous forme de salaire et la personne ne sera pas tenue de passer l’examen de certification de  l’OACIQ.  Lorsqu’il travaille pour une banque ou une institution financière, l’employé ne peut agir à titre de courtier hypothécaire mais plutôt à titre de conseiller hypothécaire.

L’industrie en chiffre*
Courtier hypothécaire (données sur les agents financiers, dont les courtiers en hypothèques)

  • Salaire annuel moyen: 62 000$Senior Couple Meeting With Financial Advisor In Office
  • Personnes en emploi: 25 000
  • Perspectives professionnelles (2011-2015): favorables
  • Taux de chômage en 2010: faible
  • Sources: Emploi-Québec (Le marché du travail au Québec)
*Source: Emploi-Québec (Le marché du travail au Québec)
 http://affaires.lapresse.ca/cv/immobilier/201201/25/01-4489285-sylvie-rousson-courtiere-hypothecaire.php

Liens utiles